Pourquoi est-ce meilleur?

w

Mettre un frein aux campagnes électorales négatives

Le vote préférentiel met un frein à la publicité négative lors des campagnes électorales. Dans le régime actuel, les candidats passent souvent plus de temps à critiquer leurs adversaires qu’à définir leur propres programmes politiques. Dans le mode de scrutin préférentiel, une campagne négative ne porte pas fruit. Pour se faire élire après le premier décompte des voix, les candidats doivent solliciter l’appui des partisans des autres candidats pour devenir le deuxième ou le troisième choix. Ce qui donne lieu à des débats plus amicaux et à une discussion plus respectueuse sur l’avenir d’Ottawa.

 

Garantir l’appui de la majorité

Le vote préférentiel fait en sorte que les candidats élus obtiennent l’appui de la majorité des citoyens dans les quartiers. Dans le régime actuel, un candidat peut “remporter” une élection avec seulement 25 % des voix. En 2010, huit conseillers municipaux ont été élus malgré le fait que la majorité des citoyens n’avait pas voté pour eux. Dans le cadre du vote préférentiel, les gagnants bénéficient de l’appui d’au moins 50 % des électeurs. 

 

Diminuer le vote stratégique

Le vote préférentiel décourage le recours au vote stratéqique. Dans le régime actuel, les électeurs se font dire qu’ils doivent voter d’une façon “stratégique” pour éviter qu’un autre candidat ne gagne. Dans le cadre du vote préférentiel, on choisit son candidat préféré : on ne vote pas contre quelqu’un, on vote pour quelqu’un. 

Z

Offrir plus de choix aux électeurs

Le vote préférentiel offre plus de choix aux électeurs. Dans le régime actuel, on décourage souvent les candidats de se présenter ou de rester dans la course, de peur de diviser le vote, ce qui réduit le nombre de candidats et d’idées. Les groupes sous-représentés, tels que les femmes, les minorités visibles et les jeunes, sont moins portés à présenter leur candidature. Dans le mode de scrutin préférentiel, les candidats qui représentent la diversité de la communauté sont bien accueillis, ce qui favorise l’éclosion des idées à débattre pendant la campagne électorale municipale. 

 

Mettre fin à la division du vote

Le vote préférentiel met fin à la division du vote. Dans le régime actuel, certains parlent plus du problème de la division du vote que des enjeux de la campagne. Les manchettes portent souvent sur les candidats qui se retirent de la course ou qui accaparent l’appui des adversaires. Dans le cadre du vote préférentiel, les votes perdus n’existent plus. Si votre candidat préféré se fait éliminer, votre vote passe automatiquement à votre prochain choix.